NOS MÉRIDIENS VÉHICULENT LA BONNE SANTÉ

Cette approche s’inscrit dans une vision globale de la médecine chinoise, selon laquelle nous n’aurions pas un seul corps, mais au moins quatre. Le premier est le corps physique, fait de molécules; des esprits modernes pourraient l’appeler, comme feu le psychanalyste Didier Dumas, « corps moléculaire ». C’est le seul corps dont les frontières sont visibles, et c’est aussi pour l’instant le seul que reconnaît la science. Le second corps est fait de cette « énergie » très particulière qui différencie un corps vivant d’un paquet de viande. On l’a baptisé « corps éthérique » au XIX° siècle, parce qu’à l’époque ce mot sonnait scientifique : on pensait alors que le vide était rempli d’« éther ». Aujourd’hui, nous pensons le vide autrement : comme constitué d’une multitude de particules virtuelles. On pourrait donc simplement l’appeler le « corps de vide », puisque c’est uniquement parce qu’il y a du vide dans la matière, que les choses peuvent bouger, s’animer, vivre.
L’acupuncture, qui agit sur ce corps-là, l’a bien compris : l’idéogramme que les Chinois utilisent pour désigner un point d’acupuncture, signifie vide, caverne, grotte. « Corps moléculaire » et « corps de vide » sont des enveloppes purement terrestres. Vient ensuite le troisième corps, le « corps astral ». On l’appelle ainsi parce que c’est une enveloppe mentale qui permet, à l’aide de la seule pensée, de se projeter jusqu’à l’autre bout de l’univers, ou dans les astres. Il est constitué de tout ce qui est de l’ordre de la représentation : images visuelles, acoustiques, tactiles… ensemble de tout ce que nous avons élaboré au cours de notre existence pour nous représenter le monde. Il fait penser au « tselem », le « vêtement de l’âme » de la mystique juive. On l’appelle également le « corps émotionnel », car il est le siège des affects et des émotions qui animent notre rapport aux autres et à l’univers. C’est un corps assez semblable à l’image inconsciente du corps de Françoise Dolto, qui est aussi la mémoire spatio-temporelle de nos affects et de nos émotions. Un psychanalyste serait donc tenté de l’appeler « corps de représentation ». C’est à bord de ce corps-là, que nous nous embarquons pour le monde des rêves… ou pour vivre une Expérience de Mort Imminente.
Mais la représentation n’est pas le plus étrange des mystères mentaux. Le plus étrange est que nous puissions donner un sens aux choses et au monde ! Que notre vie puisse avoir un sens et l’univers aussi. La représentation seule peut être absurde. D’où le quatrième corps qui organise le sens. Ce quatrième corps, ce « corps de sens », correspond à ce que les psychanalystes appellent la construction du sujet ou du Je. D’autres l’appellent le « corps mental », tout en reconnaissant qu’il ne s’agit pas à proprement parler d’un corps, mais plutôt de ce qui structure les trois autres. Ce serait une instance que la vie terrestre aurait pour but premier de construire, et cette construction serait celle à bord de laquelle nous pourrions éventuellement nous déplacer après la mort…peut-être à condition que ce corps soit suffisamment construit.
 
[De la médecine antique à la médecine quantique]
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s