Traitement Ayurvédique de détoxication

PAR L’HUILE EN BOUCHE

D’après le Dr. F.Karach, l’un des participants au congrès du groupe Ukrainien des oncologues et bactériologues, pendant lequel a été étudiée une méthode simple et inhabituelle de guérison du corps humain : par l’huile de tournesol.

dosha_ayurveda_pitta_tournesolLes résultats de cette thérapie étonnent et donnent en même temps une impression d’incrédulité. Mais après un test personnel de cette « thérapie à l’huile », chacun pourra faire ses réflexions personnelles.

Il est plus qu’étonnant que cette méthode saine et biologique de traitement puisse atteindre avec tant de succès ses buts de guérison. Elle est si simple et arrive à soigner diverses maladies et à les guérir totalement, celles que même la chirurgie ou les médicaments n’ont pu soigner.

Le Dr F.Karach explique que le principe de cette thérapie réside principalement dans le fait qu’elle est aisée : en mélangeant l’huile avec la salive dans la bouche, la suite du traitement se faisant naturellement dans l’organisme ; ainsi il est possible de guérir tous les organes en même temps. La microflore n’est pas détruite et l’organisme est protégé. Ceci aura des conséquences sur la durée de vie ; l’homme a actuellement une durée de vie de moitié moins longue ; avec ce système, il pourra vivre jusqu’à 140 ou 150 ans.

Avec cette méthode, on pourra guérir les maux de tête, bronchites, maux de dents, thrombose, maladie du sang chronique, arthrose, paralysie, eczéma, douleurs stomacales et intestinales, maladie cardiaque et rénale, encéphalites et les maladies spécifiques aux femmes. On évitera ainsi les maladies importantes telles que les maladies du sang chroniques, de l’estomac, des poumons, du foie, des nerfs, ou la maladie du sommeil. Il sera donc possible de guérir plusieurs maladies qui par la prise d’autres médicaments ou de moyens de guérison, seraient condamnées…

Cette méthode de traitement soigne tout le corps humain en même temps et prévient également. Par ce biais, j’ai guéri de ma maladie sanguine chronique, dont je souffrais depuis quinze ans. Et également pour d’importants problèmes d’arthrose avec d’indispensables séjours au lit.

Méthode de traitement :

Mettre dans la bouche de l’huile végétale la meilleure étant l’huile biologique de tournesol pressée à froid (maximum 1cuillère à soupe minimum 1 cuillère à thé ). Mélanger l’huile avec la salive dans la bouche fermée pendant environ 15 à 20 minutes. Bien la faire passer entre les dents et dans toute la bouche. En aucun cas, n’avaler le mélange d’huile et de salive : le mélange doit d’abord être épais, ensuite plus mince, puis être recraché. Ce mélange liquide craché doit être aussi blanc que du lait ; s’il est jaunâtre, c’est un signe que le mélange à l’intérieur de la bouche a été de trop courte durée.

Après le crachat du liquide, l’intérieur de la bouche doit être rincé à fond et plusieurs fois avec de l’eau, et les dents doivent être lavées avec la brosse à dents. Le liquide recraché est très vénéneux (au sens figuré), c’est pourquoi il faut également rincer à fond la cuvette. Dans la composition du liquide recraché se trouve de grandes quantités de bactéries, des agents pathogènes divers et des substances nuisibles. Lorsque l’on met une goutte de ce liquide sous un microscope (agrandissement 600 fois), on trouve des filaments en mouvements. Les microbes sont là dans leur premier stade de développement.

Il est important de préciser que, pendant le temps de succion, le métabolisme de notre organisme devient plus fort, et de ce fait peut atteindre un état de santé durable.

L’une des actions frappantes de ce traitement est la fixation de dents un peu relâchée, la ligature de gencives sanguinolentes et l’évident blanchiment des dents.

Ce rinçage à l’huile sera effectué de préférence le matin avant le petit déjeuner. Afin d’accélérer le processus de guérison, le traitement peut être renouvelé trois fois dans la journée, mais toujours avant les repas et avec l’estomac vide. Ainsi l’organisme ne sera pas endommagé et l’échéance de la guérison sera plus rapide et concluante.

Le traitement indiqué ci-dessus devra être suivi aussi longtemps qu’il le faudra, jusqu’à ce que l’organisme ait à nouveau retrouvé sa force, sa fraîcheur et à nouveau un sommeil tranquille. Lors du lever journalier du matin, il ne doit pas y avoir de fatigue, de lassitude prédominantes, on doit se sentir reposé et ne pas avoir de poches sous les yeux.

Une alimentation saine, un bon sommeil et une capacité de mémoire non troublée doit s’être installée.

On pourrait, bien sûr, formuler des doutes, puisque ce moyen de traitement, au départ, peut se faire remarquer par une péjoration apparente du « sentiment de santé » du corps, ce qui peut être le cas, par exemple des patients souffrant de plusieurs maladies simultanément. Ce sentiment débute principalement lorsque les foyers de maladies isolés commencent à s’éparpiller. Par exemple, il se pourrait qu’un foyer de maladie inflammatoire en cours de guérison exerce une influence sur un autre foyer de maladie qui, dans un avenir plus ou moins long, pourrait avoir eu comme conséquences une autre maladie grave, ou même la mort. Il n’y a pourtant pas de raison sérieuse d’interrompre le traitement , même pas si, entre deux, une élévation de la température devait s’être installée. On devrait, au contraire, continuer ce traitement jusqu’au bout sans interruption. S’il fallait, pour diverses raisons, stopper le traitement en cours de route, il faut bien avoir compris que la véritable guérison ne peut se réaliser que pendant la prise de l’huile et le mélange dans la bouche. Et j’insiste aussi sur le fait que la péjoration de l’état de santé est le signe que la maladie disparaît et que l’organisme reprend ses forces.

A la question : combien de fois devrait-on faire ces rinçages à l’huile dans la journée, le patient devrait pouvoir répondre lui-même, d’après son processus de guérison, d’après la manière dont il se sent en relation avec son sentiment d’état de santé.

Des commencements de maladies graves ont été soignées extraordinairement vite, en l’espace de deux à quatre jours. Les maladies chroniques établies demandent habituellement beaucoup plus de temps pour être soignées, parfois jusqu’à une année.

Publicités