Alimentation et conseils de bon sens selon la médecine chinoise

hiver médecine chinoise intro

L’hiver, ou quatrième saison, est relié à l’élément Eau.

L’hiver se caractérise par des nuits plus longues que les jours. Nous nous réveillons avant le lever du soleil et nous rentrons dans nos foyers bien après son coucher.

En hiver, il fait froid,  la terre gèle, les plantes cessent de croître, les hommes et les animaux sont soumis à l’épreuve de la Nature. C’est en hiver que les fonctions métaboliques atteignent leur minimum : les personnes âgées ou fatiguées ont les mains et les pieds froids ; frileuses, elles recherchent la chaleur, par suite d’ « une déficience d’énergie thermique  » conséquence d’un ralentissement du métabolisme de l’organisme.

En médecine chinoise, cette « énergie thermique » représente l’énergie vitale Yang. Dans l’ouvrage classique de médecine chinoise Nei Jing (classique de l’interne), l’énergie  vitale Yang est comparée au soleil qui dispense à la terre de la lumière et de la chaleur, sans quoi toute vie serait impossible.

Or, « l’énergie vitale yang provient des reins », organe qui préside aux fonctions génitales et qui représente la force motrice de la vitalité. De plus, les reins sont l’organe de conservation de la quintessence des réserves nutritives, l’expression « les reins gardent la quintessence » indique justement qu’ils approvisionnent l’organisme en principe nutritif ; Si on envisage les choses de ce point de vue, les reins sont les sources de la vie. L’état de santé d’une personne dépend de la fonction des reins.

En hiver, l’organisme a besoin de plus de chaleur et d’énergie pour parer au froid . La déficience des fonctions rénales inévitablement une « déficience d’énergie thermique », c’est-à-dire l’affaiblissement de l’énergie vitale Yang, qui se manifeste le plus souvent par des symptômes tels que : palpitations, essoufflement, courbature et mollesse des genoux et la région lombaire, fatigue générale.

Ainsi les exercices pour fortifier les reins pendant l’hiver aident à prévenir certaines maladies, tout en fortifiant le corps.
Il est dommage que notre civilisation ne nous permette plus de respecter le rythme naturel des saisons. L’hiver devrait être la saison du repos, de la méditation. Au moins, ralentissons le rythme chaque fois que possible, en soirée, le week end…Installons-nous au coin du feu avec une boisson chaude fleurant bon la cannelle, un bon livre ou encore de la musique douce…L’hiver nous incite à nous relaxer, à lâcher prise.

L’hiver de la vie représente un âge avancé, précédant la mort. En hiver, pourtant, la vie continue sous une forme plus invisible. C’est l’énergie de la graine au repos en terre avant la germination et l’éclosion du renouveau.
Qu’il s’agisse de la nature en hiver comme de la mort, il n’y a pas de fin définitive. Ce n’est que la fin d’un cycle qui précède le début du cycle suivant. Les chinois parlent du voyage sur terre, comme d’un aller-retour, la mort étant appelée, le retour.

L’élément Eau est relié au Rein, lui-même relié à la vessie, à l’oreille et par conséquent à l’audition.
En médecine chinoise, le Rein englobe les glandes surrénales, l’appareil génital mais aussi les os, la moelle osseuse, la moelle épinière et le cerveau, les cheveux. En médecine Traditionnelle Chinoise, un déséquilibre de l’Energie Rein engendre des stagnations d’énergie, des oedèmes, des tremblements. On peut comparer l’Energie du Rein aux racines de l’arbre. Il à aussi pour rôle de stocker l’énergie sexuelle.
L’émotion reliée au Rein est la peur, les phobies, voire dans les cas extrêmes, la frayeur la panique, la terreur, le désespoir attribués à l’épuisement de l’Energie du Rein.
Positivement le rein est rattaché à l’instinct de conservation, à la témérité.
Le Rein se fatigue des désirs incontrôlés et désordonnés de l’estomac (attention aux excès des repas de fin d’année qui comme par hasard sont souvent suivis d’épidémies de grippe ou de gastro entérite). Les émonctoires surchargés affaiblissent le système immunitaire, nous rendant plus vulnérables aux virus.
L’alimentation de l’hiver doit permettre d’une part de stimuler l’organe Rein et d’être en harmonie avec la saison et l’endroit où nous vivons.
La saveur dominante de l’Energie eau est le salé dont le rein a besoin en hiver mais toutefois pas en trop grande quantité.

Aliments particulièrement adaptés à l’hiver : toutes les légumineuses : lentilles, haricots secs, fèves, pois secs, pois chiches, soja. Le sarrasin, le sésame, le seigle et l’avoine qui sont des céréales réchauffantes. Parmi les viandes, les Chinois citent le canard, le porc, le sanglier. En petite quantité pour ces deux derniers. Je suis d’avis de privilégier les volailles. Citons aussi le poisson, les crustacés notamment le crabe, les huîtres mais aussi les algues ainsi que tous les légumes racines : carottes, navets, céleri, topinambours, panais, pommes de terre, rutabagas, choux raves, betteraves rouges. Parmi les fruits nous retiendrons la châtaigne, les pignons de pin, la noix. Les condiments : la cannelle, le cardamome, le curry, le paprika, les épices pour pain d’épices, le poivre, le gingembre , le piment, la sauce soja.
Boissons : thé de Noël aux épices, thé à la cannelle, roobios à la cannelle ou tout simplement un verre d’eau chaude au lever, après les repas et au coucher.
En hiver, on privilégie les cuisson plus longues : la cuisson à l’étouffée, à la vapeur, les plats en potée, les potages aux légumes aux céréales et légumineuses.

Publicités