Utilisons l’Arnica

arnicaContrairement à d’autres plantes, l’arnica ne se pare pas de nombreuses vertus, elle en possède essentiellement une : c’est son action remarquable sur tout le système circulatoire. Cette plante fut inconnue des grands médecins de l’Antiquité grecque, romaine ou perse ; en revanche, les anciens Germains la tenaient déjà en haute estime. Ses noms, parfois pittoresques, font allusion à son habitat ou à son action : arnica des montagnes, tabac des Vosges, herbe de santé, fleur de Saint-Jean, herbe de Notre-Dame, herbe aux moines, herbe à la matrice, herbe aux chutes ou tout simplement arnique.

L’arnica ne convient pas à l’usage interne (tisanes, extraits alcooliques…), son action sur le système circulatoire pourrait être violente (vertiges, problèmes cardiaques). L’arnica s’utilise donc principalement par voie externe, le plus souvent sous forme de macération des fleurs fraîches dans de l’alcool que l’on dilue parfois avant usage. Employée en compresses, cette teinture d’arnica soulage et résorbe les ecchymoses, les contusions, les hématomes et les entorses. C’est en outre un analgésique, un anti-inflammatoire et un antiseptique. Les compresses à l’arnica s’utilisent encore sur les élongations, les phlébites, les varices et les troubles articulaires rhumatismaux.

L’arnica est une plante sauvage des montagnes, elle ne s’accommode pas de la culture dans nos jardins. Profitez donc de vos vacances d’été pour cueillir des fleurs d’arnica et préparer immédiatement votre teinture.

Teinture d’arnica


Pour les compresses : imbibez un tissu de teinture pure d’arnica, puis appliquez celui-ci sur les endroits douloureux. Pour le nettoyage de plaies, d’écorchures à désinfecter et pour en hâter la cicatrisation : étendez une partie de teinture d’arnica avec quatre ou cinq fois son volume d’eau. Trempez-y une compresse stérile et utilisez celle-ci pour laver les plaies (cela pique terriblement, mais c’est très efficace!).



– 1 poignée de fleurs fraîches d’arnica

– 1/2 litre d’eau-de-vie (kirsch, prune, mirabelle, rhum…)

   titrant 55° vol. d’alcool


/

Arnica et homéopathie

‘ Arnica ‘ est un des grands remèdes homéopathiques. Ses granules devraient se trouver dans toute pharmacie familiale. L’homéopathie prépare également des teintures mères avec les fleurs ou les racines de l’arnica. Sous cette forme, la plante peut être administrée sous forme orale.

Mettez les fleurs d’arnica dans une bouteille ou un bocal en verre clair. Couvrez-les de l’eau-de-vie.

Exposez au soleil durant environ 15 jours, en agitant le récipient de temps en temps.

Au terme de ce temps, passez la préparation à travers un tamis doublé d’une gaze.

Transvasez la teinture dans une bouteille.

Bouchez la bouteille et conservez celle-ci dans un lieu sec et sombre (armoire…).

.jijij


.

Une magie agraire ...

‘ Dans les temps très anciens, préchrétiens, au moment du solstice d’été, des prêtres piquaient des fleurs d’arnica – appelées  » oeil de loup  » – tout autour des champs de blé pour protéger ceux-ci du  » démon de blé « . L’  » herbe aux loups  » conservait au champ sa force productive, représenté par une entité allégorique, le  » loup du blé « . Car si le  » loup du blé  » disparaît du champ, le blé se dessèche. Plus tard, lors de la moisson, le  » loup du blé  » se glisse dans la dernière gerbe. Magnifiquement décorée, celle-ci est ensuite portée en grand triomphe au village.

... et une magie météo

Quand de gros orages menaçaient, on faisait des fumées propitiatoires en brûlant des bouquets secs d’arnica. Il fallait néanmoins le concours d’une formulette magique pour que cela fonctionne :

 » Allume de l’arnica, allume de l’arnica

 Pour que l’orage ne s’abatte pas ! « 

.jijij

elixir

.jijij

.jijij

Publicités